13 juin 2024
histoire medecine, sante, pharmacie, femme, feminisme, culture, agenda

L’histoire de Maria Tallchief, la première danseuse étoile amérindienne

Maria Tallchief, qui refusa de renier son appartenance à la nation Osage, incarna une nouvelle ère du ballet américain. Célèbre dans le monde entier, elle fut – entre autres – la première Américaine à danser avec le Ballet de l’Opéra de Paris.

Sur scène, Maria Tallchief ne se contentait pas de danser : elle volait. Athlétique et gracieuse, elle s’étirait dans les airs, planait voire lévitait, captivant le public en incarnant l’essence même du ballet. « Elle nous rappelle constamment que l’air est son véritable milieu », écrivait le critique de danse John Martin à propos de la danseuse en 1949.

Dix ans après sa mort, cette icône du ballet américain s’est à nouveau envolée, cette fois au verso d’une pièce de 25 cents américains. Un honneur qui lui est rendu pour avoir été la première danseuse étoile des États-Unis et l’une des Amérindiennes les plus connues de l’époque moderne.

Elizabeth Marie Tall Chief naquit en 1925 sur les terres de la nation Osage à Fairfax, dans l’Oklahoma, d’un père osage et d’une mère écossaise et irlandaise. Les membres de la nation Osage s’enrichissaient alors fortement grâce au pétrole, en partie grâce à son arrière-grand-père, qui avait aidé la tribu à obtenir des droits miniers sur ses terres au début du siècle.

Ces droits présentaient toutefois des dangers pour la nation Osage : certains colons blancs menacèrent voire assassinèrent des Osages afin d’accéder à leurs droits pétroliers. La famille Tall Chief ne fit pas exception : une jeune cousine, Pearl, perdit toute sa famille dans un incendie et fut prise pour cible par des hommes qui tentèrent de lui voler la fortune pétrolière dont elle avait hérité.

Pourtant, Betty Marie, comme on l’appelait enfant, grandit avec le sentiment que son « père possédait la ville », comme elle l’écrivit dans sa biographie de 1997. Elle et sa jeune sœur Marjorie fréquentèrent une école privée et prirent des leçons de piano et de danse grâce à leur mère, qui rêvait que ses filles deviennent un jour célèbres. Dans les années 1930, la famille déménagea en Californie pour que les jeunes sœurs pussent s’adonner à la danse et à la musique.

// En savoir plus