13 juin 2024
histoire medecine, sante, pharmacie, femme, feminisme, culture, agenda

Sous-estimée, la sixième et dernière femme d’Henri VIII façonna l’Angleterre

Catherine Parr fit plus que de se contenter de survivre à son terrible époux. Elle façonna l’avenir du royaume et prépara le futur règne d’Élisabeth Iere.

L’Histoire se souvient peut-être de Catherine Parr, sixième épouse du monarque, comme d’une femme tout juste « rescapée » de son mariage, mais sa vie, qui fait aujourd’hui l’objet d’un film biographique, Firebrand, avec Alicia Vikander et Jude Law, ne commença, ni ne se termina avec le roi d’Angleterre. Catherine Parr fut une érudite douée et une reine capable qui contribua grandement à façonner l’avenir de son royaume.

La reine réticente

Née en 1512, Catherine Parr apprit à apprivoiser la pouvoir par elle-même dès son plus jeune âge. Sa mère, Maud, qui était dame d’honneur de la reine Catherine d’Aragon, la première épouse d’Henri VIII, comprenait toute l’importance de l’éducation, en particulier pour les filles. Ainsi, elle conçut une éducation humaniste pour sa fille : latin, français, études religieuses et mathématiques étaient probablement au programme pour elle.

Le sort qui attendait Catherine était le même que pour la plupart des filles de l’aristocratie : le mariage. À l’âge de 31 ans, elle était déjà deux fois mariée et deux fois veuve. Son premier mari, Sir Edward Burgh, mourut en 1533 après quatre ans de mariage. John Neville, son deuxième mari, avait dix-neuf ans de plus qu’elle et mourut en 1543.

En 1542, Catherine suivit les traces de sa mère et devint dame d’honneur de la princesse Marie, fille d’Henri VIII. Quand Catherine arriva à la cour, un autre homme attira son attention : Thomas Seymour, frère de la troisième épouse du roi, la défunte Jane Seymour, morte en 1537. Son attirance pour le séduisant et charismatique Thomas Seymour se transforma en amour. Ainsi qu’elle le lui avoua, « mon esprit était pleinement destiné […] à vous épouser avant tout autre homme de ma connaissance ».

Mais avant que Catherine n’épouse l’amour de sa vie, une autre personnalité la courtisa : Henri VIII lui-même. Affligé d’ulcères aux jambes et par la goutte, le roi n’était en 1542 plus que l’ombre du glorieux monarque éclatant de l’Angleterre qu’il avait été. Il était aussi fraîchement célibataire. Plus tôt cette année-là, il avait fait exécuter sa cinquième femme, Catherine Howard, âgée de dix-huit ans. Ainsi, lorsque l’homme de cinquante-deux ans jeta son dévolu sur Catherine Parr, qui en avait vingt-et-un de moins, beaucoup supposèrent qu’il n’était pas à la recherche d’une femme, mais d’une infirmière.

// En savoir plus