13 juin 2024
histoire medecine, sante, pharmacie, femme, feminisme, culture, agenda

Égypte antique : tout savoir sur le test de grossesse le plus ancien du monde

L’Égypte antique, fascinante civilisation qui a prospéré le long des rives du Nil pendant des millénaires, nous révèle de nombreux aspects intrigants de la vie quotidienne de ses habitants. D’ailleurs, si aujourd’hui l’Égypte Antique constitue le berceau des savoirs, ce n’est pas pou rien. Parmi les curiosités de cette époque, les méthodes inhabituelles utilisées pour déterminer la grossesse captivent l’attention. On vous révèle à travers cet article, les premiers tests de grossesse les plus ingénieux au monde.

L’Égypte antique à poser les bases de notre civilisation. Dans les nombreux papyrus médicaux, nous pouvons lire que la base de la médecine moderne est entièrement axée sur les pratiques médicales de l’Égypte Antique. Dans cet aperçu, nous explorerons les étonnantes pratiques des tests de grossesse dans l’ancienne cité du Nil, révélant une combinaison unique de connaissances médicales, de croyances religieuses et de traditions culturelles qui ont façonné la compréhension de la maternité dans cette civilisation antique. Voici ce que vous devez savoir à cet effet !

Quel test de grossesse réalisaient les anciennes femmes Égyptiennes pour vérifier qu’elles étaient enceintes ?
Dans l’Égypte antique, les femmes utilisaient une méthode insolite pour déterminer leur état de grossesse. Plutôt que de recourir aux tests modernes que nous connaissons aujourd’hui, elles se tournaient vers ce qu’on appelle maintenant le « test de l’orge ». Cette pratique a même été relevée dans le Papyrus de Carlsberg (Copenhague) et le Papyrus « Médical » de Berlin. Il faut noter que ces deux Papyrus datent du nouvel Empire (1540-1080 av Jésus-Christ).

Cette pratique consistait à uriner sur des graines d’orge et de blé, puis à observer la croissance des graines au fil des jours. Si les graines d’orge et de blé poussaient, cela était interprété comme un signe de grossesse, indiquant le développement de la vie à l’intérieur du ventre de la femme. À l’inverse, si les graines de blé et d’orge ne poussaient pas, cela était considéré comme un signe de stérilité. Puis, si les graines d’orge germe en premier, cela sous-tend qu’elle enfantera un enfant de sexe masculin. Et, si c’était le blé qui germait en premier, l’enfant sera de sexe féminin.

// En savoir plus