13 juin 2024
histoire medecine, sante, pharmacie, femme, feminisme, culture, agenda

Calamity Jane, les tristes réalités de la légende de l’Ouest

Légende de l’Ouest américain de son vivant, la vraie vie de Calamity Jane est cependant bien plus tragique que ne le laissent entendre les aventures que l’on a inventées à son sujet. Partez à la découverte de cette femme solitaire dans un récit en deux parties raconté par l’historienne Virginie Girod. 

Ce que l’on sait de la jeunesse de Calamity Jane provient essentiellement de son autobiographie. Martha Jane Cannary voit le jour en 1852 dans une famille de fermiers du Missouri. Criblés de dettes, les Cannary prennent la route de l’Ouest et déménagent sans cesse. Sur la route, Martha prend l’habitude de partager le quotidien des hommes. À la disparition de ses parents, elle est placée dans une famille d’accueil. Martha commence à boire et à fréquenter les soldats, alors qu’elle est à peine adolescente. Son comportement déplaît et sa famille d’accueil la jette à la rue. C’est le début d’une vie d’errance.  

Pour survivre, Martha multiplie les petits boulots et se prostitue. Mais elle rêve de grand air et de liberté. Elle aurait ainsi été éclaireur pour les troupes du général Custer dans les guerres contre les Indiens. Habillée en homme, elle ne manque pas de se faire remarquer. C’est là qu’elle gagne le surnom qui fera sa légende : Calamity Jane. Chassée de l’armée, elle rejoint un convoi pour Deadwood, une petite ville en pleine éclosion dans le Dakota du Sud. La vie des pionniers est difficile, et Calamity Jane retrouve la prostitution. Mais lorsque Calamity Jane ne travaille pas, elle sort en ville en pantalon et continue d’attirer l’attention.

// Première vidéo

// Seconde vidéo