11 décembre 2023
histoire medecine, sante, pharmacie, femme, feminisme, culture, agenda

Inverser la mort : l’étrange histoire de la réanimation

Avant la méthode de la compression thoracique et les défibrillateurs, d’autres soins parfois surprenants ont été prodigués aux noyés et autres personnes « presque mortes ». Voyage dans le temps avec une historienne de la médecine.

L’auteure est maître de conférences dans le domaine de l’histoire des sciences, de la technologie et de la médecine au King’s College de Londres. Les premiers moments de l’histoire de la réanimation ont été, à bien des égards, spectaculaires. Ainsi, le 1er juin 1782, un journal de Philadelphie rapportait la dernière prouesse en matière de réanimation : un enfant de cinq ans avait été ramené à la vie après s’être noyé dans le fleuve Delaware. Le petit Rowland Oliver jouait sur l’un des quais grouillants d’activité construits sur les rives du Delaware pendant la période de l’industrialisation lorsqu’il est tombé à l’eau. Il a lutté pendant 10 minutes, puis s’est retrouvé inerte. Un ouvrier l’a repêché et l’a amené chez ses parents.

Bien que l’enfant ait été rendu visiblement sans vie à sa famille, ses parents se seraient aperçus qu’il était seulement « mort en apparence », selon le journal. Cela les a galvanisés et ils sont passés à l’action. Ils « lui ont immédiatement enlevé tous ses vêtements, l’ont giflé » et « l’ont frotté avec des chiffons de laine trempés dans de l’alcool ». Le médecin, arrivé peu après, a fait la même chose. Ils ont également plongé les pieds du petit Rowland dans de l’eau chaude et lui ont administré un agent émétique (vomitif) par voie orale. Après environ 20 minutes, la vie est revenue dans le corps du garçon. Une petite saignée a été pratiquée, pour atténuer d’éventuels effets secondaires, et le jeune Rowland a vite retrouvé sa vivacité habituelle.

// En savoir plus