23 avril 2024
culture276, culture 276, femme

Météorites : entre ciel et terre

Exposition du 11 juin au 2 octobre 2022 au Muséum d’histoire naturelle du Havre

culture276, culture 276, femme

10h – 12h / 14h – 18h / Fermé le jeudi matin et le lundi
Place du vieux Marché, 76600 Le Havre
Téléphone : 02 35 41 37 28
Courriel : museum@lehavre.fr

Des chutes aux trouvailles, des mythes à la réalité, d’où viennent les météorites et que nous apprennent-elles ? Autant de questions qui trouveront des réponses dans la nouvelle exposition du Muséum d’histoire naturelle du Havre.

Des pierres tombées du ciel

Pierres tombées du ciel, les météorites fascinent autant qu’elles inquiètent. Révérées pendant des millénaires, il a fallu attendre le XIXe siècle pour qu’elles soient envisagées comme des objets scientifiques à part entière. Elles sont porteuses d’informations inestimables et restent une source constante d’inspiration et d’émotions.

La plupart des météorites ont été formées dans les tout premiers instants du système solaire, il y a 4,56 milliards d’années, et n’ont pratiquement pas évolué depuis. Leur étude au laboratoire donne ainsi accès aux premiers millions d’années de notre système solaire…

Depuis les années 1990, la recherche dans le domaine a connu un essor fulgurant, bénéficiant de la découverte de météorites exceptionnelles mais aussi du développement des observations astronomiques et du renouveau de la conquête spatiale.

Des chutes aux trouvailles

Chaque année, plus de 20 000 tonnes de matière météoritique entrent dans l’atmosphère terrestre. Il s’agit principalement de poussières interplanétaires, dont les plus grosses (environ 1 mm) sont à l’origine des étoiles filantes. On estime qu’il tombe seulement 5 tonnes par an de météorites dont la masse est supérieure à 1 kg, ce qui équivaudrait à environ 5 000 météorites.

Un météoroïde qui arrive à plus de 20 kilomètres par seconde de l’espace est freiné par l’atmosphère terrestre. Il s’échauffe, sa température de surface dépasse les 1 500°C et il va perdre plus de 90% de sa masse par combustion, ce qui se manifeste sous la forme d’une traînée lumineuse appelée météore. Lorsque la vitesse du météoroïde diminue, le phénomène lumineux prend fin. En se refroidissant, une croûte de fusion de quelques millimètres se forme en surface. L’objet qui parvient au sol s’appelle alors une météorite.

// Voir l’article complet sur www.museum-lehavre.fr

culture276, culture 276, femme