23 avril 2024
histoire medecine, sante, pharmacie, femme, feminisme, culture, agenda

Mort de la photographe de guerre Marie-Laure de Decker à 75 ans

La photojournaliste Marie-Laure de Decker, qui avait été reporter de guerre, est morte samedi à l’âge de 75 ans, a appris l’AFP auprès de la famille. Elle a succombé aux suites d’une longue maladie dans un hôpital de Toulouse.

Native de Bône (aujourd’hui Annaba, en Algérie), elle a commencé comme mannequin, avant de vouloir passer de l’autre côté de l’objectif, en immortalisant à la fin des années 1960 des artistes comme Man Ray, Marcel Duchamp et Philippe Soupault.

Passionnée de voyages et de l’Afrique, elle part pour photographier la guerre du Vietnam avec une expérience minimale. Mais elle réussit son pari.

« Il y a un avantage à être une femme: on ne vous tue pas tout de suite »

« Je me disais: les gens vont voir que je ne suis pas une vraie photographe, que je n’ai pas un appareil à moi, que je n’ai que ce vieux Leica. En fait, je l’ai su après, ce vieux Leica était une merveille », a-t-elle raconté dans un livre de souvenirs en 1985.

Être une femme reporter de guerre n’a pas été facile – « Si vous êtes une femme vous n’êtes jamais prise au sérieux » -, mais en revanche, disait-elle, « il y a un avantage à être une femme, comme ce fut le cas en Afrique du Sud, on ne vous tue pas tout de suite, on vous laisse une chance ».

Elle avait « immortalisé une partie de l’histoire du Tchad »

Le président de la Commission de l’Union africaine, le Tchadien Moussa Faki, lui a rendu hommage sur Twitter en relevant que, « par ses images », elle avait « immortalisé une partie de l’histoire du Tchad ».

// En savoir plus