23 avril 2024
histoire medecine, sante, pharmacie, femme, feminisme, culture, agenda

Qui sont les 11 femmes qui ont réussi à décrocher un fauteuil à l’Académie Française ?

La parité n’est pas franchement à l’ordre du jour à l’Académie française, cette institution chargée de veiller sur la langue de Molière. Depuis sa création en 1635, seules 11 femmes ont été élues, dont certaines très connues.

Le 5 août dernier, Hélène Carrère d’Encausse décédait. Un hommage national, présidé par Emmanuel Macron, doit lui être rendu aux Invalides ce mardi 3 octobre. L’académicienne a été la première femme à être le secrétaire perpétuel de l’Académie française, l’écrivain libanais Amin Maalouf vient d’être élu le jeudi 28 septembre pour lui succéder à la tête de ceux que l’on appelle les Immortels. Première femme à ce poste, Hélène Carrère d’Encausse fait partie des onze femmes qui ont réussi à décrocher un précieux fauteuil à l’Académie français sur plus de 740 académiciens élus.

345 ans sans femme

L’Académie française a longtemps été « une réunion d’hommes », comme l’a dit Jean d’Ormesson. Aujourd’hui, elles sont six à siéger sous la Coupole. Pour voir une femme intégrer la prestigieuse institution française fondée en 1634 et officialisée en 1635 par le cardinal de Richelieu, il a fallut attendre 1980. La première a été Marguerite Yourcenar, en 1980. « Tout, mêmes les coupoles finissent par changer aussi », avait déclaré l’écrivaine en apprenant son élection sous la Coupole.

Huit ans plus tard, c’est l’hélleniste Jacqueline de Romilly qui la rejoint, après avoir par ailleurs été la première femme professeur au Collège de France. L’historienne Hélène Carrère d’Encausse, spécialiste de la Russie, rejoint les deux femmes en 1990. Neuf ans plus tard, elle est élue secrétaire perpétuel de l’Académie française.

// En savoir plus