Les Polonaises qui ont marqué l’histoire politique de la Pologne après l’Indépendance

histoire medecine, sante, pharmacie, femme, feminisme, culture, agenda

Tout le monde connaît Marie Skłodowska-Curie et son destin admirable, qui continue encore d’inspirer aujourd’hui.

Lepetitjournal.com/Varsovie a décidé de mettre en lumière d’autres personnalités tout aussi inspirantes, mais dont les noms sont malheureusement moins connus du grand public, ayant joué un rôle clé au moment où la Pologne retrouvait son indépendance après cent vingt-trois ans de partages entre les empires russe, allemand et austro-hongrois.

D’Aleksandra Piłsudska – seconde épouse de Józef Piłsudski, aux parlementaires Gabriela Balicka-Iwanowska, Zofia Moraczewska (fondatrice de Liga Kobiet Polskich) jusqu’à Maria Moczydłowska, à qui l’on doit la loi Lex Moczydłowska, (re)découvrez 9 parcours de femmes qui, à leur manière, ont marqué l’Histoire de la Pologne, en contribuant également à l’histoire du féminisme de ce pays.

Aleksandra Piłsudska et le droit de vote des femmes en Pologne

Débutons par la militante indépendantiste, alors connue sous le nom d’ Aleksandra Szczerbińska, ayant servi dans les légions polonaises, et grâce à qui les Polonaises ont pu accéder au droit de vote. Aleksandra Szczerbińska et Józef Piłsudski étaient très proches depuis 1907. En février 1918, Aleksandra a donné naissance à leur première fille, Wanda. Cependant, Piłsudski était encore marié à sa première femme, Maria Koplewska, qui refusait alors de divorcer.

Au départ, Piłsudski était réticent à l’idée que les femmes obtiennent le droit de vote, affirmant que « la mentalité d’une femme est par nature conservatrice et facilement influençable ». Finalement, grâce à l’influence de Szczerbińska, Piłsudski a changé d’avis.

En tant que commandant des courriers des Légions polonaises, Aleksandra Szczerbińska a stocké les armes, transporté de la littérature et a participé aux combats de la Première Guerre mondiale. Suite à son arrestation par les Allemands en 1915, elle a été envoyée dans un camp à Szczypiorno (aujourd’hui, dans les environs de la ville de Kalisz) et libérée un an plus tard.

// En savoir plus